Skip to main content
cloud Qualité de l'air Santé-environnement

Prudence avec les désodorisants aux huiles essentielles

Les désodorisants d'intérieur sont connus pour être des sources de pollution de l'air. Y compris lorsqu'ils contiennent des huiles essentielles, comme le montre la récente enquête de 60 Millions de consommateurs.

Désodorisants aux huiles essentielles : pas sans danger

Beaucoup de désodorisants contiennent aujourd’hui des huiles essentielles d’origine naturelles, puisque cette tendance correspond à une demande du public, et donnent aux produits une image plus “saine”. Pourtant, les récentes analyses de 60 Millions de consommateurs montrent que ces produits ne sont pas sans danger.

23 ingrédients indésirables retrouvés

Ce type de désodorisants pollue en réalité l’air extérieur et expose les voies respiratoires et la peau à des molécules allergisantes et irritantes. Sur les 17 produits testés, 23 ingrédients indésirables ont été identifiés, comme du limonène, du géraniol ou du linalool, substances parfumantes allergisantes. Le fait est que ces substances ne sont pas toujours indiquées sur les emballages. Rien ne permet alors de différencier sur les étiquetages les produits sans danger des autres.

Un encadrement réglementaire et un étiquetage à renforcer

Contrairement aux cosmétiques, la réglementation sur l’étiquetage de ces produits comporte des lacunes. L’Institut national de la consommation (INC) demande des améliorations: signaler la présence des substances potentiellement allergisantes comme pour les cosmétiques, et étendre l’étiquetage environnemental déjà applicable aux peintures et matériaux de construction à ces produits.

Source :