Skip to main content
whatshot Produits chimiques shopping_basket Produits du quotidien Santé-environnement

2 nouvelles substances chimiques ajoutées à la liste “SIN”

2 nouvelles substances chimiques ajoutées à la liste “SIN” Le 14 novembre, l'ONG suédoise ChemSec (Chemical Secretariat) a présenté la mise à jour de sa liste SIN ("Substitute It Now" en anglais). Une liste née en 2008, qui a intégré diverses substances dangereuses au fil du temps. Elle en compte plus de 900 aujourd'hui, dont des cancérogènes, perturbateurs endocriniens, substances reprotoxiques, persistantes, répondant aux critères du règlement européen REACH. Près de 20 000 entreprises l'utilisent. ChemSec a ajouté 2 nouvelles substances/groupes de substances: les composés perfluorés (PFAS) et les nanomatériaux.

Premier ajout: des composés perfluorés

  • Les composés perfluorés sont un groupe de plusieurs milliers de substances.
  • Ils sont utilisés dans de nombreuses applications: revêtements de poêles de cuisson, emballages alimentaires, fil dentaire ou vêtements imperméables.
  • Ils sont reconnus comme “PMT” pour “persistants, mobiles et toxiques”, une nouvelle catégorie de produits chimiques. Contrairement aux substances PBT (persistantes, bioacummulables et toxiques), les substances “mobiles” sont solubles dans l’eau, et non pas dans les organismes vivants. Comme l’explique la Dr Anna Lennquist, toxicologue pour ChemSec: “Les produits chimiques ont pu échapper à la réglementation, ne répondant pas exactement aux critères qu’elle fixait. C’est le cas par exemple des composés fluorés dits “forever chemicals” qui ne se dégradent pas dans l’environnement.”

Second ajout: des nanomatériaux

  • Les nanomatériaux sont un groupe de substances chimiques qui fait beaucoup parler, depuis plusieurs années. Les nanomatériaux manufacturés sont couverts par le règlement européen REACH.
  • Les nanotubes de carbone sont l’un des nanomatériaux les plus étudiés. Mis au point dans les années 90, ils sont notamment connus pour leur conductivité électrique, utilisés comme pigments noirs, ou pour leur aptitude à purifier l’eau. Ils font leur entrée dans la liste SIN, en raison des risques de cancer du poumon qui y seraient liés (similaires à celles de l’amiante), documentées par plusieurs études, et de leurs propriétés toxiques pour la reproduction, qui ont également été observées.

En savoir plus : consulter le communiqué de ChemSec (en anglais)