Skip to main content
whatshot Produits chimiques shopping_basket Produits du quotidien pregnant_woman Santé des femmes Santé-environnement

Teintures pour cheveux: des ingrédients pointés du doigt par l’Anses pour leur dangerosité

Teintures pour cheveux: des ingrédients pointés du doigt par l’Anses pour leur dangerosité Une nouvelle fois, les ingrédients des teintures pour cheveux font parler d'eux, et pas dans le bon sens. L'Anses vient en effet de rendre un avis dans lequel elle recommande de limiter au maximum la présence de substances persulfates, utilisées dans les décolorations pour leurs propriétés d'oxydation. Ces substances sont mises en cause dans des réactions allergiques et des troubles respiratoires et cutanées: l'Anses demande d'en restreindre l'usage.

Substances persulfates: quels risques pour la santé?

  • Les substances examinées par l’Anses sont les persulfates d’ammonium, de potassium et de sodium, utilisées dans les produits de décoloration capillaire, qu’il s’agisse de poudres, de granules, de crèmes ou de liquides prêts à l’emploi.
  • Elles sont déjà identifiées comme sensibilisants respiratoires et cutanés par le règlement européen qui classe les substances et préparations chimiques en fonction de leurs propriétés de danger.
  • Elles représentent la deuxième cause des asthmes professionnels en lien avec les expositions aux produits chimiques, derrière les ammoniums quaternaires (des dérivés de l’ammoniac, utilisés comme désinfectants, agents tensioactifs, adoucissants, agents antistatiques).
  • Les risques pour la santé confirmés par l’Anses sont notamment: asthme, dermatites allergiques, rhinites, chocs anaphylactiques, maladies respiratoires. Les données de surveillance des maladies font état de plus de 1000 cas en France entre 2001 et 2015, dont 93% cas concernent des femmes. D’autres pays européens, tels que l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ont également identifié le problème.

Les professionnel.le.s en première ligne, mais les particuliers pas épargnés

  • Sans surprise, ce sont les professions de la coiffure qui sont les plus exposées, et ce sont elles qui sont les premières concernées par les pathologies dans lesquelles les persulfates sont mis en cause. Les étapes de préparation, d’application et de rinçage du produit exposent les coiffeuses et coiffeurs par voie respiratoire ou au contact de la peau. Les clientes et clients peuvent également être exposé.e.s, ainsi que les particuliers qui utiliseraient des colorations à la maison.
  • Des mesures pour protéger les travailleurs existent: les risques pour leur santé liés à ces substances classées dangereuses ” doivent être éliminés ou réduits au minimum”, et les jeunes de moins de 18 ans ont l’interdiction d’utiliser des persulfates, en raison de leurs propriétés sensibilisantes.
  • En France, il n’existe pas de “Valeur limite d’exposition professionnelle”, contrairement à d’autres pays.
  • Étrangement, même s’ils sont bien identifiés dans l’inventaire des ingrédients des produits cosmétiques au niveau européen, les 3 persulfates cités n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation par le Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (SCCS).

Les recommandations de l’Anses: moins de persulfates

  • L’Anses souligne qu’il est difficile d’établir une valeur limite pour l’exposition professionnelle applicable à la fois aux risques cutané ou respiratoire.
  • Les risques pour les persulfates ayant été identifiés pour des cosmétiques, il n’est pas possible de mettre en place une restriction de leur usage via le règlement REACH, qui exclut les cosmétiques. Par ailleurs, l’interdiction de la fabrication ou la ces persulfates en raison de leur dangerosité, par leur classement comme “extrêmement préoccupante” toucherait tous leurs usages, au-delà des cosmétiques, et serait donc disproportionnée et inappropriée.
  • Logiquement, l’Anses estime que c’est à travers le règlement cosmétiques que les persulfates présents dans les produits de décoloration capillaire peuvent être réglementés, pour protéger à la fois les professionnelles/ professionnels et les particuliers. Pour l’Anses, il est temps que le SCCS évalue les persulfates.
  • En 2012, un accord-cadre professionnel de la branche coiffure a été conclu au niveau européen, pour favoriser des mesures de prévention; En 2016, les représentants des travailleurs/travailleuses du secteur réclament une formation régulière des employés sur les bonnes pratiques d’utilisation des produits en toute sécurité. Cette mesure est jugée complémentaire par l’Anses pour améliorer la sécurité des produits.

En savoir plus : consulter l’avis de l’Anses en ligne