Skip to main content
shopping_basket Produits du quotidien cloud Qualité de l'air Santé-environnement

Qualité de l’air intérieur: lancement d’un plan d’actions 2013

Qualité de l’air intérieur: lancement d’un plan d’actions 2013

A l’occasion des Assises nationales de la qualité de l’air 2013, les ministères de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et le ministère des Affaires sociales et de la Santé, ont fait connaître le 23 octobre, le Plan d’actions sur la qualité de l’air intérieur . Ce thème, déjà traité dans le PNSE 2 2009-2013 (Plan National Santé Environnement 2), et qui est d’après les évaluations du plan, l’un des thèmes sur lequel les objectifs fixés ont été le mieux réalisés, fait donc l’objet d’un plan d’actions, qui constituera le voler “air intérieur” du 3ème PNSE.

Objectif: améliorer la qualité de l’air dans les espaces clos

Le Ministère rappelle par exemple les coûts sanitaires et économiques liés à la mauvaise qualité de l’air: entre 10 et 40 milliards d’euros par an le coût de la mauvaise qualité de l’air intérieur, dont 1 milliard pour le remboursement des médicaments anti-asthmatiques. Pour rappel, l’asthme frappe 3,5 millions de personnes.

Changer les comportements

Le plan met particulièrement l’accent sur les aspects comportementaux qui peuvent améliorer la qualité de l’air – les bonnes pratiques. Un aspect important, qui doit permettre aux occupants de limiter les atteintes des pollutions intérieures. A ce titre, un outil web d’auto-diagnostic permettra au grand public d’évaluer la qualité de l’air.

Informer et étiqueter

Bonne nouvelle, les meubles pour enfants feront l’objet d’une attention particulière. En effet, les chambres d’enfant par exemple, peuvent concentrer de nombreux polluants, qui s’ajoutent aussi aux pollutions électriques et électromagnétiques qui peuvent être présentes. Le ministère prévoit ainsi d’améliorer l’information et l’étiquetage de produits tels que les produits désodorisants (encens, bougies et masquants d’odeur) et produits d’entretien. Le plan de rénovation thermique des logements s’accompagnera d’une grande vigilance sur la qualité de l’air intérieur.

Réduire les pollutions à la source: une exigence pour WECF

WECF se réjouit de l’adoption de ce Plan. Son succès sera mesuré sur la base de réduction effective des concentrations de polluants – connus ou nouveaux- dans les espaces clos. A ce titre, il apparaît important de développer un volet visant à identifier les nouveaux polluants présents dans les sources diverses (peintures, avec une nouvelle réglementation biocides en septembre 2013, etc.) pour anticiper les risques liés à leurs effets sur la santé, en particulier des plus jeunes. Informer et étiqueter est une chose, réduire les expositions à la source en est une autre.