Skip to main content
whatshot Produits chimiques face Santé de l'enfant sante environnement

l’UE renonce à autoriser des retardateurs de flammes toxiques dans les produits recyclés

l’UE renonce à autoriser des retardateurs de flammes toxiques dans les produits recyclés Les associations IPEN (International Pollutants Elimination Network) et Arnika publient le 22 janvier un communiqué pour féliciter l'Union européenne suite à son annonce de ne pas autoriser l'usage de PBDEs (une catégorie de retardateurs de flammes bromés classés polluants organiques persistants) dans les produits recyclés. Le fait que l'UE renonce à cette dérogation d'usage de substances chimiques dangereuses est un signe positif pour une économie circulaire non toxique.

Les PBDEs, présents dans des articles en plastique recyclé

Les PBDEs, des retardateurs de flammes bromés très toxiques interdits par la convention de Stockholm depuis une dizaine d’années: ils perturbent les fonctions thyroïdiennes et causent des déficits neurologiques et de l’attention chez les enfants.

Des rapports publiés par IPEN et Arnika ces dernières années ont montré la présence de ces substances dans des articles en plastique recyclés, tels que des jouets, ustensiles de cuisine et autres produits. Les produits se retrouvent ensuite vendus dans divers pays.

Des dérogations pour autoriser les substances dangereuses utilisées par divers pays

Leur présence est liée à une autorisation de dérogation de la convention de Stockholm, que divers pays comme l’UE, le Brésil, le Canada, le Cambodge, le Japon, la Corée du Sud et la Turquie utilisaient jusqu’à présent. Le fait que l’UE change de position est très positif, et pourrait entraîner d’autres pays.

Le recyclage ne doit pas être toxique

Le recyclage ne doit pas être un moyen pour autoriser la présence dans des produits de subtstances interdites en raison de leur dangerosité: comme le rappellent IPEN et Arnika, soutenues par les ONG membres et partenaires, dont Wecf, de telles mesures vont à l’encontre des objectifs d’une économie circulaire non toxique.

Retrouvez ci-dessous le communiqué de IPEN et Arnika (en anglais)