Skip to main content
account_balance Politique - justice Santé-environnement

Plan Cancer 3: combattre les inégalités mais continuer à rogner sur la santé environnementale

Plan Cancer 3: combattre les inégalités mais continuer à rogner sur la santé environnementale

Le Plan Cancer a été annoncé par le président de la République lors des Rencontres Cancer de l’INCA (Institut National du Cancer) le 4 janvier dernier. Mais où se trouve la santé environnementale dans ce texte? Il semble bien que loin de faire sien l’adage “Mieux vaut prévenir que guérir”, le Plan Cancer 3 mettra l’accent sur la prévention secondaire, l’amélioration de la vie pendant et après la maladie. Des objectifs certes louables, mais le vide en matière de prévention primaire ne semble pas prêt d’être comblé. A fond dans le “parcours de soins”, ce plan semble d’un autre âge. Bien peu de choses aient changé depuis le livre de Geneviève Barbier et Armand Farrachi: “La société cancérigène: lutte t-on vraiment contre le cancer?”, publié en …. 2003, alors que le 1er plan cancer n’était pas encore achevé. Retrouvez ci-dessous des extraits commentés du discours du président de la République.

Axe 1: Guérir plus de malades – Cancer du col de l’utérus: objectif vaccination à grande échelle

  • Extrait:Le cancer du col de l’utérus est le seul – je dis bien le seul – pour lequel il existe un vaccin, et pourtant, en France, ce vaccin n’est administré qu’à 30% des jeunes filles. C’est une source nouvelle d’inégalités. Certes, je connais les réserves que suscitent des campagnes mal conçues de vaccination mais, ce vaccin a fait la preuve de son efficacité. Aussi, d’ici cinq ans, nous doublerons la couverture vaccinale contre le cancer du col de l’utérus, ce qui permettra son éradication à terme.
  • Notre avis : Les jeunes filles sont donc les cibles d’une campagne de vaccination à grande échelle dans les mois à venir. Alors que la crédibilité du vaccin Gardasil est mise en cause, cette solution est-elle vraiment l’unique et la meilleure en matière de santé reproductive des femmes?

Axe 2: mettre l’innovation au service des patients

  • Extrait: l’Etat garantira un niveau de financement d’au moins 50% des crédits sur appel à projets de l’INCa et d’Aviesan. C’est une condition nécessaire pour assurer aux équipes l’indépendance dont elles ont besoin pour mener leurs travaux, et dans la longue durée.”.
  • Notre avis : En effet, il est indispensable de soutenir la recherche pour progresser dans les traitements.
  • Extrait: “L’analyse des facteurs génétiques est en effet devenue un élément déterminant du diagnostic, mais aussi à la base des thérapies ciblées spécifiques à chaque type de tumeur. Ces pratiques, néanmoins, sont encore trop limitées. Le Plan Cancer permettra de proposer ces analyses à plusieurs dizaines de milliers de malades, chaque année. Nous allons lancer un programme unique au monde par son ampleur. Il s’agit du séquençage à haut débit de l’ensemble des cancers. Quel est l’enjeu ? De donner une vision complète du génome de chaque tumeur. Et grâce à cela, d’offrir aux patients des soins personnalisés.”.
  • Notre avis : Une prise en compte personnalisée de chaque malade est une excellente chose. Cependant, que des voix s’élèvent devant la présentation du “tout génétique” comme “la solution à tous les problèmes”. D’autres pistes peuvent être également explorées.

Axe 3: Améliorer la vie des malades

  • Extrait: Mais il y a un autre enjeu, qui est de permettre au malade de conserver sa place, toute sa place, dans la société. Je vais commencer par les enfants. Ils sont 1 700 en France à être touchés chaque année par le cancer. Ils doivent pouvoir continuer leurs études, malgré les traitements. Lorsque la scolarisation est rendue impossible, l’accès à des cours par correspondance doit leur être garanti. Mais faut-il encore que ce soit gratuit. Cela le sera, puisque la gratuité de l’inscription au CNED sera étendue à tous les élèves, de plus de 16 ans, atteints d’un cancer. C’est le droit à pouvoir apprendre, quelle que soit la maladie.”
  • Notre avis : Pour avoir suivi un cours par correspondance, il y a fort à douter qu’un enfant malade, très affaibli physiquement, pourra assimiler tout un corpus d’apprentissage. L’accès aux études est certes essentiel, mais les enfants et leurs familles doivent surtout être mieux entourés.

Axe 4: éviter le cancer mais haro sur les facteurs comportementaux

  • Extrait: La dernière ambition, j’allais dire même la plus forte, que nous devons porter à travers ce Plan Cancer, elle est toute simple, c’est d’éviter le cancer.
  • Notre avis : Cette ambition est donc la plus forte mais est annoncée en dernier, dommage que le discours n’ait pas débuté par ces mots. On retrouve ensuite pèle mêle: 4 pages sur le tabac, une seule occurrence du mot “environnement”, aucune mention du terme “expositions professionnelles”!! Le budget est annoncé: 1,5 milliard d’euros sur 5 ans, dont la moitié consacrée au financement de nouvelles mesures.
  • Et enfin des chiffres, Extrait:
    Comme on évalue tout, comme on calcule tout, il a été indiqué que la somme de ce que représentent les charges du cancer pour la société française, pour le système de santé, est égale à 14 milliards d’euros. Et je ne parle pas des préjudices sur la vie des malades et leur famille. 14 milliards d’euros ! Vaincre le cancer, prévenir le cancer, c’est aussi investir dans l’avenir.”… et investir dans la réduction des expositions environnementales?