Skip to main content
warning Perturbateurs endocriniens Santé-environnement

WECF invité dans l’émission « Enquête de santé sur France 5 » sur les perturbateurs endocriniens

WECF invité dans l’émission «  Enquête de santé sur France 5 » sur les perturbateurs endocriniens Plus d'un million de téléspectatueurs ont suivi « Enquête de santé sur France 5 » mardi 31 janvier 2017

Nous avons été sollicitées pour participer à l’émission « Enquête de santé » sur les perturbateurs endocriniens.

Encore mal connues et mal définies, ces substances susceptibles d’avoir un impact nocif sur la santé des êtres vivants sont le sujet d’inquiétudes multiples.

Comment mieux les identifier, comment s’en protéger, quels recours face à cette menace pour la santé publique ?

Aux côtés de l’éco infirmier Philippe Perrin et du professeur Slama, nous avons pu pointer la réalité de la présence persistance et additionnelle des PE, face au représentant de l’industrie chimique qui prétendait garantir la fermeté de mesures prises par ce secteur.

Les présentateurs Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse ont relayé les questions des spectateurs qui portaient surtout sur les moyens de protection des personnes.

Au fil de nos lettres d’information et sur notre site, vous savez que WECF est engagée pour que les politiques publiques informent et protègent les citoyens et notamment les plus vulnérables.

L’émission « Enquête de santé » a bien montré les atermoiements de la commission européenne qui malgré les interpellations de la société civile, l’appel de 100 scientifiques et les protestations de la ministre de l’environnement français, n’a pas soumis de texte satisfaisant pour définir ces substances.[1]

Du côté français, des pas significatifs sont faits, notamment par l’interdiction du Bisphénol A dans les biberons ; mais il faut aller plus loin car les contenants alimentaires ne sont pas les seuls en cause dans la propagation des PE : les denrées, les retardateurs de flamme, les cosmétiques sont aussi notamment des sujets sensibles.[
C’est tout le secteur de l’agriculture et de l’industrie qui doit s’impliquer aux côtés des associations environnementales pour garantir un environnement sain.

Si WECF porte un plaidoyer actif auprès des décideurs, c’est parce qu’elle s’appuie sur le terrain ; en effet, WECF déploie son expertise lors des actions de formations auprès des personnels de santé pour une meilleure compréhension du danger et pour proposer des alternatives aux PE.

Enfin, WECF propose des fiches conseils (projet Nesting) qui permettent de protéger les personnes les plus vulnérables, en donnant des pistes pour une consommation avertie, et des recettes saines.

[1] La définition sur laquelle elle avait travaillé ne garantissait pas la protection des personnes : en effet, elle demandait un niveau de preuves beaucoup trop élevé pour démontrer qu’une substance est  un PE, proposant des critères trop stricts et difficiles à atteindre. De plus, elle prévoyait une dérogation excluant de la définition de PE les produits qui régulent la mue ou la croissance d’organismes nuisibles par l’intermédiaire de leur système endocrinien. Cette dérogation permettrait de mettre à l’abri 8700 tonnes de produits pesticides !

 [2] Puisque les effets s’additionnent (le fameux « effet cocktail », il faut anticiper sur les effets combinés et traiter l’ensemble des produits (alimentation, construction, cosmétiques, jouets). Nous avons prodigué ces conseils lors de l’émission « Enquête de santé » et dès le lendemain le bureau d’Annemasse a été sollicité par plus de 200 personnes qui souhaitaient recevoir nos guides Nesting. Ainsi, plus de 4000 guides -recouvrant les 8 thématiques que nous explorons- ont été adressés.

Notre participation à « Enquête de santé » nous a permis de donner quelques informations, mais le sujet est vaste et complexe, et nécessite des alliances entre la recherche, les professionnels de santé, les associations et le grand public.

Vous le savez, WECF est impliquée dans de telles alliances, et nous contribuons à une meilleure connaissance, une meilleure information, et une meilleure protection des personnes.

Nous pouvons le faire parce que nous sommes reconnues par les pouvoirs publics pour notre double savoir-faire plaidoyer et actions de terrain, et l’invitation de Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse atteste de cette reconnaissance,  mais nous avons besoin de vos adhésions à notre projet et à l’association pour développer notre autonomie.
Faites passer le message !

REVOIR Enquête de santé sur France 5