Skip to main content
spa Objectifs de Développement Durable

La nouvelle campagne #WardrobeChange : pour une transformation radicale de l’industrie textile.

La nouvelle campagne #WardrobeChange : pour une transformation radicale de l’industrie textile. On produit, consomme et jette de plus en plus de vêtements, ce qui exerce une pression énorme sur les ressources de notre planète et les 60 millions de personnes qui travaillent dans l’industrie textile. Une nouvelle campagne, lancée aujourd’hui par le Wecf France et 24 organisations de la société civile dans toute l’Europe, appelle les dirigeants de l’Union Européenne à prendre des mesures urgentes pour mettre un frein aux dérives du secteur. Cette campagne intitulée #WardrobeChange se concentre sur l’ODD 12 “Consommation et production responsables” et se prolongera jusqu’en juin 2020.

« L’industrie textile est l’une des industries les plus polluantes et où l’exploitation est monnaie courante. Notre nouvelle campagne Wardrobe Change appelle à une transformation radicale de la façon dont nos vêtements sont fabriqués, vendus, portés – et re-portés » explique Patrizia Heidegger, Directrice Politiques Globales et Développement Durable au Bureau Européen pour l’Environnement (BEE).

Heidegger continue : « Cette année, les dirigeants européens ont l’opportunité de soutenir une Stratégie Textile ambitieuse basée sur l’équité et la durabilité. Il est temps que l’industrie de la mode cesse de se focaliser sur la poursuite d’une croissance économique toujours plus grande, ce qui est incompatible avec la lutte contre les changements climatiques et pour la réduction des inégalités à l’échelle mondiale. »  

Des délais de production toujours plus courts signifient qu’à l’échelle mondiale, la production de vêtements a pratiquement doublé depuis 2000, avec plus de 100 milliards de vêtements produits par an et au total jusqu’à 85% des textiles finissent à la décharge chaque année.

En décembre, une étudede l’Agence Européenne pour l’Environnement révélait qu’après les aliments, le logement et le transport, les textiles étaient la 4e source la plus importance de pression environnementale.  Les textiles représentent aussi la 2esource de pression la plus élevée sur l’utilisation des terres et le 5eplus gros contributeur aux émissions de gaz à effet de serre provenant de la consommation des ménages.

Les ministres de l’environnement européen.ne.s ont demandé à la Commission Européenne de mettre au point une stratégie pour empêcher l’industrie d’avoir recours à des pratiques de production et de consommation non durables, ce qui a été mis sur la liste de priorités du Green Deal européen de la Présidente de la Commission Ursula von der Leyen.

La Commission doit aussi soumettre des propositions pour les textiles dans son nouveau plan d’action Économie Circulaire, qui devrait être publié le 4 mars 2020.

Stéphane Arditi, Policy Manager pour l’Économie Circulaire au BEE, rappelle : « L’industrie de la mode d’aujourd’hui rend la consommation excessive beaucoup trop facile, ce qui génère des quantités énormes de gaspillage. Cependant, le recyclage ne servira pas à nous sortir du problème – les produits doivent être utilisés plus longtemps et le gaspillage évité en premier lieu. Les gouvernements doivent prendre des mesures urgentes, comme ils l’ont fait pour les plastiques à usage unique, afin de rendre d’autres alternatives, comme les réparations, la location, le partage, l’échange de vêtements, plus accessibles. Il est essentiel d’améliorer les informations disponibles sur les matériaux dont sont faits nos vêtements mais aussi de mettre en place des exigences légales pour des matériaux sans produits toxiques qui peuvent être utilisés et réutilisés. »

L’ONU estime que le secteur du textile est responsable de 8 à 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que d’ici 2050, la mode pourrait être responsable d’un quart de toutes les émissions carbones.

Arditi ajoute que « l’action climatique ne se résume pas seulement à dé-carboniser l’énergie que nous utilisons. Il s’agit également de changer notre manière de produire et de consommer, ainsi que de repenser notre façon de faire, d’utiliser et de ré-utiliser des produits, et cela inclut le textile. »

En 2019, la Suède a fait la une des journaux en annulant sa Fashion Week, et, des journées d’action comme le Buy Nothing Day, Second Hand September à Extinction Rebellion, les gens tout autour de la planète ont manifesté leur soutien à un ralentissement de la mode.

Mais l’année s’est tragiquement terminée avec un incendie dans une usine textile à New Delhi, tuant 40 ouvriers.

D’après Patrizia Heidegger, « ceux qui souffrent en première lieu du gaspillage et de la pollution issues de l’industrie textile sont les millions de travailleurs.euses non-représentés.ées qui produisent les vêtements vendus partout dans le monde. Etant donné que 193 gouvernements se sont engagés à atteindre une production et une consommation responsables à l’échelle mondiale dans le cadre des Objectifs de Développement Durable, toutes les entreprises doivent être contraintes à prendre des mesures pour mettre fin aux violations des droits humains et les dégâts environnementaux à chaque étape de leur chaine de production. » 

En 2020, les organisations de la campagne Wardrobe Change vont mettre en œuvre différents activités de sensibilisation et de plaidoyer dans toute l’Union Européenne. Les informations sur ces activités seront disponibles ici.

Pour plus d’informations, veuillez contacter maeva.breau@wecf.euet suivre le hashtag #WardrobeChange sur les réseaux sociaux.