Skip to main content
whatshot Produits chimiques Santé-environnement

Pesticides et cancer: une expertise de l’Inserm confirme des liens déjà connus

Pesticides et cancer: une expertise de l’Inserm confirme des liens déjà connus

On nous la promettait depuis un an: l’expertise collective de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) sur le thème “Pesticides et cancer” est enfin parue vendredi 14 juin. Il s’agit d’un bilan de la littérature scientifique existante (30 dernières années) sur le sujet. Que nous dit-elle?

L’association entre exposition professionnelle aux pesticides et certaines maladies est confirmée

L’INSERM constate qu’en France, 309 substances “phytopharmaceutiques” (le nom policé des pesticides) sont autorisées et qu’il existe près de 10 000 formulations commerciales composées de substances actives et d’adjuvants dans le monde; L’INSERM estime ensuite que peu de données quantitatives par type d’usages en France sont accessibles. 90% des tonnages sont utilisés en agriculture. Ce sont ces professionnels les plus atteints: augmentation du risque de cancer de la prostate, de lymphomes non hodgkinien et de myélomes multiples, voire de leucémies dans le cas des cancers. Mais pas seulement, puisqu’on note une augmentation du risque de maladie de Parkinson chez les professionnels exposés aux insecticides et herbicides; Enfin, le fonctionnement cognitif serait affecté par des expositions aux organophosphorés.

Exposition à de faibles doses de pesticides avant la naissance et pendant l’enfance et risques pour le développement de l’enfant

C’est l’exposition professionnelle maternelle qui est identifiée comme la plus à risque, puisqu’elle entraîne un risque accru de fausse-couche et de malformations congénitales. Les enfants des femmes vivant au voisinage d’une zone agricole ou d’usage domestique de pesticides sont également plus susceptibles de souffrir de malformations à la naissance (cardiaques, du tube neural, hypospadias) on note aussi un plus faible poids à la naissance, des atteintes neurodéveloppementales et une augmentation du risque de leucémie.

L’étude souligne qu’il existe encore des “trous” à combler en termes de connaissances, comme les liens entre pesticides et infertilité chez la femme qui sont mal connus: l’expert scientifique a fait état de données sans équivoque, c’est maintenant au tour du décideur d’agir en conséquence.

Pour l’association Générations Futures, spécialisée sur le sujet, “la recherche française reconnaît officiellement les effets néfastes des pesticides sur la santé”.

Source: Expertise collective, Cancer et pesticides, INSERM, 2013