Skip to main content
shopping_basket Produits du quotidien face Santé de l'enfant Santé-environnement

N’en remettez pas une couche: l’Anses alerte sur les composés préoccupants des couches pour bébés

N’en remettez pas une couche: l’Anses alerte sur les composés préoccupants des couches pour bébés Dans un rapport paru ce 23 janvier, l’Anses évalue la composition des couches pour bébés. Le message de l’Agence à l’attention des fabricants est on ne peut plus clair : il faut d’urgence revoir la composition de ces produits destinés aux tout-petits. Ces données de l’Anses ont d’ailleurs suscité une réaction immédiate des ministères de l’environnement, de la santé et de l’économie, qui ont convoqué les fabricants pour une réunion ce même jour. WECF France, qui se mobilise pour des produits sans danger pour la santé des enfants, se réjouit de la réactivité des autorités. Comme de nombreux produits destinés aux bébés, les couches ne devraient pas contenir de substances chimiques préoccupantes.

Trop de composés préoccupants pour la santé dans les couches

Changer la couche d’un bébé est un geste que connaissent bien les jeunes parents : chaque enfant portera environ 4000 couches jetables au cours des 3 premières années de sa vie. Au contact direct et prolongé de la peau de bébé, le produit est censé être sans danger. Pourtant, l’Anses confirme aujourd’hui dans un rapport la présence de composés indésirables dans les couches jetables :

  • fragrances, parfums : de nombreuses substances parfumantes sont utilisées dans les couches, dont certaines sont des sensibilisants cutanés – au contact direct d’une peau humide de bébé – comme le lilial ou le lyral, dont les seuils autorisés sont dépassés.
  • traces de pesticides (dont plusieurs interdits dans l’UE, et du glyphosate qui est lui toujours autorisé)
  • traces de COV (composés organiques volatils)
  • formaldéhyde
  • PCB (polychlorobiphényles) et HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) : les niveaux retrouvés dans les couches sont bien supérieurs à ceux présents dans l’alimentation (où il s’agit d’une contamination environnementale), ce qui penche pour une contamination lors des procédés de fabrication.
    On retrouve également dans les couches de la nano-silice, utilisée dans la fabrication de gel super-absorbant.

Les recommandations de l’Anses

L’Anses estime que “dans l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’exclure un risque sanitaire lié au port des couches à usage unique.”. Elle demande en conséquence aux fabricants de :

  • supprimer toutes les substances parfumantes dans les couches, en priorité les sensibilisants cutanés,
  • mieux maîtriser de l’origine des matières premières naturelles pouvant être contaminées avant la fabrication,
  • améliorer les procédés de fabrication, qui favorisent la contamination des produits finis.
    Elle encourage les autorités à renforcer la réglementation.

Une couche de toxiques en moins dans les couches : les autorités françaises exigent des mesures

Une fois n’est pas coutume, la réaction des autorités publiques doit être saluée, puisque les ministres de l’économie, la santé et l’écologie ont convoqué ce matin les fabricants du secteur et annoncé une série de mesures :

  • engagements des fabricants à prendre sous 15 jours (évaluation des composés, procédés de fabrication, qualité des matières premières)
  • renforcement des contrôles de la DGCCRF
  • proposition de restriction portant sur les couches dans le cadre du règlement REACH.

En savoir plus :
Communiqué de l’Anses : https://www.anses.fr/fr/content/l%E…
Rapport de l’Anses : https://www.anses.fr/fr/system/file…
Communiqué des ministères : https://minefi.hosting.augure.com/A…