Skip to main content
whatshot Produits chimiques shopping_basket Produits du quotidien Santé-environnement folder Science et recherche

Nano-argent, bactéries…

Nano-argent, bactéries…

Les nanotechnologies: intégrées dans notre quotidien, mais invisibles, elles ont été mises sur le marché en très grand nombre – avant que les batteries de tests concernant leurs effets potentiels sur l’environnement et la santé ne soient vraiment réalisées. Aujourd’hui, alors qu’elles sont omniprésentes – se cachant parfois derrière les termes “intelligent” ou “innovant” – des chercheurs continuent de s’interroger sur leurs effets néfastes potentiels et de s’inquiéter de la rareté voire absence d’outils d’évaluation de ces substances dont la taille signifie propriétés inédites. Un récent article du magazine Science Mag estime que certaines particules nanos rendraient des bactéries “zombies”. Science-fiction?

Vous avez dit “bactéries zombies”?


Les zombies, pure science fiction? Peut-être pas pour certaines bactéries, qui exposées à une solution de nano-argent se transformeraient en bactéries “zombies”, capables de se débarrasser de leurs homologues bien en vie, même après leur propre mort… Des résultats qui pourraient expliquer le pouvoir antibactérien à long terme de l’argent et améliorer la performance de produits médicaux qui nous protègent des agents pathogènes.

Usage de l’argent en médecine: histoire (très) ancienne


Depuis des milliers d’années, l’argent est utilisé en médecine, et les scientifiques connaissent bien ses propriétés d’antibactérien puissant. Les ions d’argent agissent en perçant les membranes des bactéries puis pénètrent à l’intérieur pour les détruire. Ils se lient à des composants cellulaires essentielles comme l’ADN, empêchant ainsi les bactéries de fonctionner.

Après examen au microscope, les scientifiques ont réalisé que des bactéries vivantes exposées à des bactéries “mortes” – celles anéanties par le nano-argent – étaient toutes anéanties, à hauteur de 99,99%.
Les bactéries “mortes” agissent comme des éponges qui absorbent les nanoparticules d’argent. Le nano-argent ainsi stocké peut s’échapper dans l’environnement, en particulier si l’environnement contient d’autres “éponges” potentielles pour l’argent. Dans ce cas, il s’agit d’une bactérie vivante, comme l’explique David Avnir, chimiste de l’Université hébraïque de Jérusalem, principal auteur de l’étude.

Une découverte importante pour mieux comprendre la propriété antibactérienne?


La découverte pourrait permettre d’améliorer la conception des produits avec du nano-argent, par exemple en essayant de faire en sorte que les bactéries “tuées” restent autour du produit, pour éloigner les germes, plutôt que de chercher à faire durer l’action de l’argent tout le temps nécessaire à l’activité antibactérienne.
En milieu hospitalier, les bandages tout comme des cathéters imprégnés de nano-argent sont utilisés pour empêcher la prolifération de bactéries. L’article précise qu’on met aussi de l’argent sur des blessures graves, ou encore des revêtements en argent sur des poignées de porte pour éviter la propagation des germes. Il mentionne aussi des “chaussettes imprégnées de nano-argent” et des “machines à laver qui désinfectent les vêtements avec de l’argent” (sic) – ça Nesting n’est pas très fan!!!

Source:

http://news.sciencemag.org/biology/2015/05/silver-turns-bacteria-deadly-zombies