Skip to main content
language Réseau wecf folder Science et recherche

Nadezda Kutepova – Une femme engagée !

Nadezda Kutepova – Une femme engagée !

Témoignages de Nadezda Kutepova et Natalia Manzurova.

Nadezda Kutepova a dû fuir précipitamment la Russie en juillet 2015 avec ses trois enfants, car elle était menacée par les autorités russes en raison de ses activités de défense des droits des victimes de Mayak, usine de production nucléaire secrète, où se produisit en 1957 une immense explosion de déchets nucléaires qui affecta une zone de 800 km2 et près de 300 000 personnes.

Nadezda a tout abandonné dans son pays pour se réfugier en France, où elle demande l’asile politique. Nadejda est partenaire du réseau WECF depuis plus de 15 ans, et est membre de « l’International Advisory Board » Nadejda Kutepova est fondatrice de l’ONG russe “Planet Nadejd“, basée à Ozersk, ou se trouvait l’usine de “MAYAK” qui produisait le plutonium destiné aux bombes atomiques soviétiques.

C’est également là où les usines de production déversent depuis des décennies, dans un réseau de lacs en contact avec la rivière Techa qui les disperse, des déchets très hautement radioactifs. Il fallut 20 ans pour que la cause de l’explosion soit connue, et le refus d’information sur ses effets et sur la contamination de la région, comme sur la réelle prise en charge des victimes, est toujours maintenu. C’est la raison du combat de Nadejda. L’activité, apolitique, de Mme Kutepova (sociologue et avocate) et de son ONG consiste essentiellement en l’information et la défense juridique des personnes victimes de l’explosion et de la contamination de la région.

Elle a notamment représenté nombre de victimes auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. L’action de son ONG lui a valu une reconnaissance internationale (documentaires TV, articles dans la presse britannique, allemande, française, nombreuses invitations à intervenir dans des universités et des congrès internationaux). Au cours de cette année, l’hostilité des autorités russes à l’égard de Nadejdda s’est transformée en harcèlement. En mai 2015, elle a été condamnée à une forte amende pour avoir refusé de se déclarer comme “agent de l’étranger” en tant qu’association recevant des soutiens financiers de l’étranger; elle a fait l’objet de dénonciations et d’une campagne hostile sur les médias régionaux.

Puis sont venues les menaces: fin mai et en juillet 2015, plusieurs reportages très diffamatoires sur des chaînes nationales (dont Russie-1), divulguant son lieu de domicile et faisant ainsi peser une menace directe sur Mme Kutepova et ses enfants. Enfin, une Cour de Moscou a refusé, le 12 août 2015, de rayer l’ONG “Planet Nadejd“ du registre officiel des “agents de l’étranger”, ce qui fait peser sur Mme Nadejda Kutepova une menace immédiate, très réelle, de persécution pour son action.