Skip to main content
restaurant Alimentation whatshot Produits chimiques shopping_basket Produits du quotidien Santé-environnement

Métaux : l’ensemble de la population française est imprégnée

Métaux : l’ensemble de la population française est imprégnée Les risques pour la santé associés à des contaminations de nos organismes par des métaux (arsenic, cadmium, chrome, nickel, mercure, aluminium, etc.) sont connus de longue date. Santé Publique France vient de confirmer que toute la population française est imprégnée par ces métaux, très majoritairement issus d'activités d'origine humaine et qui se retrouvent dans notre alimentation, via la pollution des sols, de l'air et des eaux. Aucun compartiment alimentaire ne semble épargné : pour autant chaque type d'aliment peut conserver des qualités nutritionnelles intéressantes. Une nouvelle fois, la réduction des pollutions à la source apparaît comme le seul moyen efficace de réduire les risques d'exposition.
  • L’Etude de SanTé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition (ESTEBAN), a pour objectif de décrire et suivre l’exposition de la population française à une centaine de substances connues pour leur dangerosité présumée ou avérée sur la santé. L’étude permet de déterminer des sources d’exposition, pour mener ensuite des actions de prévention.
  • Les 27 métaux ciblés sont mis en cause dans diverses pathologies : cancers, effets osseux, rénaux, maladies cardiovasculaires, neurotoxicité, etc.
  • 1104 enfants et 2503 adultes de 6 à 74 ans, représentatifs de la population générale, ont fait l’objet de l’étude. Des prélèvements biologiques (urine, sang, cheveux) et un questionnaire ont permis de tirer des conclusions. Les données ont été collectées en 2014-2016.

Tous les métaux sont détectés chez 97 à 100% de la population. Les niveaux de métaux mesurés chez les adultes et les enfants sont plus élevés que ceux retrouvés dans la plupart des pays étrangers (Europe et Amérique du Nord), sauf pour le nickel et le cuivre.

L’alimentation, source d’exposition importante

Les sources d’exposition identifiées sont principalement alimentaires, du fait des contaminations environnementales (sols, eau, air, etc.) qui se répercutent sur les aliments :

  • Poissons et produits de la mer (arsenic, chrome, cadmium, mercure),
  • Céréales (cadmium en général, et cuivre quand elles sont issues de l’agriculture biologique),
  • Légumes bio (cuivre),
  • Tabac (cadmium, cuivre), y compris tabagisme passif,
  • Implants médicaux (chrome),
  • Plombages (mercure mesuré dans les urines).

Les métaux qui nous imprègnent à la loupe

Arsenic

  • Usages ? Présence naturelle dans l’environnement, applications industrielles présentes et passées (traitement du bois, batteries électriques, semi-conducteurs, plombs de chasse, industrie du verre, du cuir du papier peint, etc.) et agricoles.
  • Risques pour la santé ? arsenic et ses composés classés cancérogènes certains pour l’être humain, pour l’arsenic inorganique effets dermatologiques, neurologiques, hématologiques, cardio-vasculaires, hépatiques, endocriniens (diabète) et sur le développement.
  • Contamination et sources d’exposition ? 100% des adultes et enfants sont contaminés par de l’arsenic. La population française est sur-imprégnée par rapport aux populations nord-américaines (plus de consommation de produits de la mer en France ?). Poissons, mollusques, crustacés, eau notamment identifiés comme sources de contamination.

Cadmium

  • Usages ? Très présent dans les sols, air, eaux du fait de sa présence dans la croûte terrestre et des apports par activités industrielles et agricoles.
  • Risques pour la santé ? toxique cumulatif, risque d’apparition d’effets délétères lié à la dose cumulée dans le temps. Cancérogène certain pour l’être humain, mutagène, reprotoxique (CMR) mutagène sur les cellules. Toxicité rénale, effets osseux, diminution du périmètre crânien chez les enfants en cas d’exposition de la mère pendant la grossesse.
  • Contamination et sources d’exposition ? 100% des adultes et enfants sont contaminés. Adultes et enfants sur-imprégnés par rapport aux autres pays européens et nord-américains. Plus surprenant: les niveaux d’imprégnation sont plus élevés chez les adultes en 2014-2016 que lors des mesures de 2006-2007. La consommation de céréales au petit-déjeuner (pour les enfants), de tabac (adultes), de coquillages et crustacés est identifiée comme source d’exposition.

Chrome

  • Usages ? Le chrome est un métal blanc grisâtre, dur, très résistant à l’usure, il est naturellement présent dans les roches, le sol, la poussière et les gaz volcaniques. Le chrome VI (hexavalent) n’existe quasiment pas à l’état naturel. Ses applications sont: la métallurgie, le secteur des produits réfractaires, l’industrie chimique, les pigments textiles, les peintures, les encres, les plastiques, les inhibiteurs de corrosion, les agents de conservation du bois, la finition des métaux, le chromage et le tannage du cuir. En outre, on le trouve comme impureté dans le ciment, et il peut être produit ou dégagé lors de coulage, soudage et découpe de l’acier.
  • Risques pour la santé ? Chrome VI et composés : cancérogènes pour l’être humain. Plusieurs composés (trioxyde de chrome, chromates de zinc) classés CMR, et irritants ou corrosifs au contact. Toxicité notamment rénale en cas d’exposition cutanée, cancer du poumon/performation du septum nasal si inhalation prolongée dans certaines circonstances. Chrome VI et III sensibilisants mis en cause dans la dermatite allergique.
  • Contamination et sources d’exposition ? 99% des enfants et 97% des adultes contaminés. Contaminations plus élevées que dans d’autres pays européens. La consommation de pains et de leurs dérivés, lait, pâtes est mise en cause chez l’enfant. Chez l’adulte, la consommation de poissons, boissons alcoolisées, et la présence d’implants orthopédiques est identifiée comme source.

Mercure

  • Usages ? Métal lourd, mou, liquide à température ambiante, de couleur blanc argenté et brillant. Ubiquitaire, présent dans la croûte terrestre ou extrait par l’être humain. Le mercure métallique est la forme élémentaire, liquide à température ambiante. Il est utilisé dans les anciens thermomètres (interdits en France en 1990), amalgames dentaires, ampoules fluorescentes et à “économie d’énergie”, thermostats, interrupteurs, câbles, relais, piles bouton. Usages industriels et (production de chlore et de soude) et miniers (orpaillage). Capacité à se volatiliser facilement, il peut être libéré dans l’air (vapeurs de mercure) par l’exploitation minière, les fonderies, ou la combustion d’énergies fossiles. Les formes de mercure inorganique sont utilisés dans la production de batteries, pigments, et comme catalyseurs, mais aussi dans des crèmes de blanchiment de la peau (interdites en France), des remèdes traditionnels. Les composés organiques du mercure (dont le méthylmercure) notamment synthétiques (thiomersal, acétate phénylmercurique) sont utilisés dans le domaine pharmaceutique (vaccins) sous forme de conservateurs et antiseptiques, ou ont été utilisés dans des fongicides et herbicides.
  • Risques pour la santé? Pour l’OMS, il compte parmi les 10 produits chimiques gravement préoccupants pour la santé publique. Visé par la convention de Minamata (du nom de la catastrophe du même nom au Japon). Le mercure est un neurotoxique développemental. Il cible le système nerveux central: les risques pour le fœtus ou le jeune enfant exposé au mercure organique sont des atteintes au développement du système nerveux, la motricité, l’attention, l’apprentissage verbal et la mémoire. Le méthylmercure est classé cancérogène possible (rein), et à l’origine de la “maladie de Minamata”. Les composés de mercure organique causent fourmillements, troubles de la vision, de l’ouïe, du goût, de l’odorat, de l’élocution, une faiblesse musculaire et une irritabilité, pertes de mémoire et troubles du sommeil. L’exposition chronique même à faibles doses cause toxicité cardiovasculaire, reproductive et développementale. Est également neurotoxique, toxique pour les reins, immunotoxique, cancérogène, . “Travailler du chapeau” est une expression liée au fait qu’au XIXème siècle, les travailleurs fabricant les chapeaux en feutre étaient exposés à des vapeurs de mercure, neurotoxique, entraînant des troubles psychiques.
  • Contaminations et sources d’exposition ? Les prélèvements capillaires révèlent la présence de mercure chez 100% des enfants et 99,6% des adultes. Les niveaux observés sont plus élevés que dans d’autres pays européens et d’Amérique du Nord. La consommation de poissons gras (bioaccumulation du mercure), crustacés, coquillages, mollusques et le traitement des cheveux. Les prélèvements urinaires révèlent que les amalgames dentaires gris sont le facteur principal d’exposition, chez l’enfant et l’adulte, suivis par la consommation de poissons gras, crustacés, etc.

Nickel

  • Usages ? le nickel est naturellement présent dans l’environnement. Il est notamment résistant à l’oxydation, malléable, conduit la chaleur et l’électricité. Il est utilisé dans différentes applications , combiné avec d’autres métaux. Utilisé dans divers produits courants : bijoux, pièces de monnaie, plomberie, ustensiles de cuisine, équipements ménagers, prothèses dentaires et chirurgicales… Utilisé également comme revêtement de surfaces métalliques, fabrication d’aimants, et comme catalyseurs en construction automobile, aéronautique et navale, ou la fabrication de batteries.
  • Risques pour la santé? Le sulfate de nickel est un allergène par contact reconnu, principal responsable des eczémas. La sensibilisation cutanée au nickel toucherait 10% de la population européenne. Tous les composés de nickel sont classés cancérogènes pour l’être humain.
  • Contaminations et sources d’exposition ? 97% des adultes et 99% des enfants objets de l’étude sont contaminés par du nickel. Sa présence dans l’environnement est liée aux activités humaines: combustion de charbon ou fuel, incinération de déchets, épandage de boues d’épuration, fabrication d’acier, etc. L’alimentation est la principale source d’exposition identifiée qu’il s’agisse d’aliments (graines oléagineuses, fruits secs, à coques, chocolat) ou d’eau de boisson.

Plomb

  • Usages ? Nombreux usages industriels ou quotidiens passés ou présents : batteries, composants électroniques, alliages métalliques, matières plastiques, verrerie, céramiques, munitions, cosmétiques, peintures et encres, etc. consommation d’eau du robinet, année de construction du logement, activité professionnelle des parents. L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris dont la flèche était en plomb, a légitimement inquiété les riverains, au point d’avoir récemment déposé avec une association une plainte contre X, sur la base de documents de l’inspection du travail.
  • Risques pour la santé? toxique connu de très longue date, connu pour avoir des effets sans seuil sur la santé, neurotoxique, etc.
  • Contaminations et sources d’exposition ? Retrouvé chez 100% des adultes et enfants objets de l’étude. Chez les adultes, la consommation de tabac, d’eau du robinet, de boissons alcoolisées, de pain et de produits de la panification, l’autoconsommation de produits d’élevage, l’année de construction du logement, l’âge, le lieu d’habitation jouaient un rôle.

En savoir plus :

Santé Publique France, Résultats de l’étude ESTEBAN, 1er juillet 2021, https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2021/exposition-aux-metaux-de-la-population-francaise-resultats-de-l-etude-esteban

Imprégnation de la …. au plomb, mars 2020, https://www.santepubliquefrance.fr/docs/impregnation-de-la-population-francaise-par-le-plomb.-programme-national-de-biosurveillance-esteban-2014-2016

Incendie de Notre-Dame: face à la pollution au plomb, une plainte déposée contre X, France Info, juillet 2021, https://www.franceinter.fr/justice/incendie-de-notre-dame-une-plainte-contre-x-face-a-la-pollution-au-plomb