Skip to main content
restaurant Alimentation face Santé de l'enfant

Alimentation enfant : sans dioxyde de titane nano et acrylamide c’est mieux !

Alimentation enfant : sans dioxyde de titane nano et acrylamide c’est mieux ! Ce 8 octobre, le Parlement européen s'est opposé à une proposition de la Commission européenne sur la présence de dioxyde de titane nanoparticulaire (E171) et d'acrylamide dans les aliments destinés notamment aux plus jeunes, et aux nourrissons. Au nom du principe de précaution, le Parlement demande de supprimer le E171 de la liste des additifs alimentaires autorisés dans l'UE. Il exige également une réduction de la concentration maximale d'acrylamide, un composé cancérogène, dans les aliments destinés en particulier aux tout-petits.

Par son positionnement, le Parlement européen agit une nouvelle fois en faveur de la santé des enfants, qui passe par une alimentation de meilleure qualité.

Le E171 (dioxyde de titane nano) dans les aliments et ailleurs

Interdit en France dans les aliments depuis janvier

Depuis le 1er janvier 2020 l’usage de l’additif alimentaire E 171 est suspendu en France. Pour autant, la substance n’a pas disparu de nos produits du quotidien, à l’image par exemple des dentifrices, ou des crèmes solaires. Pour l’instant, la France fait exception face à ses partenaires européens. Le Parlement européen demande de retirer le E171 de la liste des additifs alimentaires autorisés dans l’ensemble de l’UE. Il est particulièrement présent dans des aliments tels que bonbons, confiseries, pâtisseries industrielles, crèmes glacées, etc. très prisés des enfants !

Soupçonné d’effets graves sur la santé

L’acrylamide, trop présent dans certains produits alimentaires

  • Autre substance problématique : l’acrylamide, cancérogène possible pour l’humain, présente dans certains aliments, notamment destinés aux tout-petits.
  • L’acrylamide se forme dans les aliments riches en amidon au moment de la cuisson. Chips ou frites de pommes de terre (trop cuites), ou café (formation au moment de la torréfaction), sont des sources d’exposition majeures chez l’adulte.
  • On en trouve également dans les biscuits et biscottes, source principale d’exposition pour les enfants et les tout-petits.
  • Le Parlement européen demande à la Commission européenne d’abaisser la teneur maximale en acrylamide autorisée dans ces deux derniers types d’aliments.