Skip to main content
restaurant Alimentation whatshot Produits chimiques face Santé de l'enfant Santé-environnement

Le dioxyde de titane, un additif alimentaire préoccupant aux vertus uniquement esthétiques utilisé dans l’alimentation industrielle

Le dioxyde de titane, un additif alimentaire préoccupant aux vertus uniquement esthétiques utilisé dans l’alimentation industrielle Le dioxyde de titane peut être présent sous sa forme nanoparticulaire dans l'alimentation industrielle: on le retrouve sous l’appellation de E171. Des associations ont dénoncé sa présence, au vu de sa dangerosité potentielle, d'autant qu'il est utilisé dans des produits souvent prisés des plus petits. Aujourd'hui c'est au tour des pouvoirs publics d'encourager sa substitution.

Le dioxyde de titane: un additif alimentaire souvent présent dans les pâtisseries, confiseries, yaourts et crèmes glacées

Les nanoparticules de dioxyde de titane sont souvent présentes dans les aliments industriels, non pour des raisons nutritionnelles, mais simplement pour des raisons esthétiques. Il permet de donner aux aliments un aspect blanc et lisse. Il est souvent utilisé dans les pâtisseries, confiseries, yaourts et crèmes glacées.

Des recherches révèlent une dangerosité potentielle en matière de cancérogénicité

En 2017, l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a publié une étude sur l’ingestion de ce composé, qui montre une dangerosité notamment par le phénomène d’inflammations cellulaires potentiellement précurseurs de cancérogénèse.

Des industriels arrêtent son utilisation

Des industriels ont retiré ce composant de leurs produits, suite à la pression de campagnes de la société civile, ce qui démontre la faisabilité d’une telle démarche.

Le ministère de l’écologie estime qu’il est “possible de le remplacer”

  • Dans un communiqué d’avril dernier, le ministère de l’Ecologie a estimé qu’il était possible de se passer de ce composé pour les usages alimentaires, puisqu’il n’a d’autre valeur qu’esthétique. Les autorités ont notamment visité le site d’une usine ayant remplacé le dioxyde de titane.
  • Les pouvoirs publics français ont également réagi en demandant à la Commission européenne de suspendre l’utilisation du dioxyde de titane et de réévaluer ses impacts. Un avis de l’Anses est attendu pour l’été 2018.
  • La loi Agriculture et Alimentation issue des États généraux de l’alimentation prévoit la suspension de l’utilisation du dioxyde de titane dans l’alimentation, mais seulement pour 2020. Des ONG ont demandé d’avancer cette date à 2018.

Source :