Skip to main content
whatshot Produits chimiques Santé-environnement

Le dioxyde de titane E171 en voie d’être interdit dans les produits alimentaires de l’UE

Le dioxyde de titane E171 en voie d’être interdit dans les produits alimentaires de l’UE Le mois dernier, les États membres de l’Union européenne (UE) ont validé la proposition de la Commission d’interdire le dioxyde de titane (E171) dans l’alimentation. Rien n’est gagné, puisque le Parlement et le Conseil de l’UE doivent encore donner leur aval. Si c’est le cas, nous pourrons enfin nous féliciter de l’élimination de ce colorant controversé de notre nourriture. Mais qu’en est-il des autres produits du quotidien dans lesquels il est toujours utilisé, y compris les cosmétiques, les médicaments, etc. ?

Le dioxyde de titane est utilisé comme colorant dans un certain nombre de produits comme les chewing-gums, les pâtisseries, etc. alors que l’utilisation de ce produit est contestée depuis plusieurs années. Il est soupçonné d’avoir des conséquences négatives sur la santé, notamment la flore intestinale, et pourrait même participer au développement de certains cancers. 

En 2014, dans un avis sur la présence de 3 types de nanoparticules (dioxyde de titane, noir de carbone, oxyde de zinc) dans les sprays solaires, le SCCS a exprimé son inquiétude sur le fait que ce type de produits pouvait entraîner une exposition pulmonaire du consommateur à ces nanoparticules en cas d’inhalation.  

C’est pour cette raison que l’utilisation de dioxyde de titane avait été suspendue dans l’alimentation en France en 2020. Depuis, une coalition de 9 ONGs incluant Foodwatch, le BEUC et Wecf France ont fait campagne pour que l’utilisation de ce produit soit totalement interdite en Europe. 

En octobre dernier, les États membres de l’UE ont enfin validé son interdiction dans l’alimentation d’ici 2022, afin de protéger les citoyens européens. Nous pouvons nous réjouir de ce grand pas en avant. Mais il ne faut pas oublier qu’il reste encore des actions à mener pour que le dioxyde de titane soit complétement interdit en Europe. 

Dans l’enquête de Wecf France sur les substances problématiques retrouvées dans les cosmétiques, publiée, en septembre 2021, nous soulignons la présence de dioxyde de titane non nanoparticulaire dans 16 BB crèmes sur 17, dans 9 mascaras sur 15 et dans les 15 anticernes analysés. Wecf France a classé cette substance comme très préoccupante pour la santé. Qui plus est, la DGCCRF signale des défauts d’étiquetage des ingrédients nanoparticulaires lors de ses contrôles de produits cosmétiques. Nous restons donc sur nos gardes et demandons que le E171 soit interdit dans tous les produits de consommation courants, y compris les cosmétiques. 

Puisque la grossesse est une période de vulnérabilité particulière en matière d’exposition à ces substances, dans l’attente de son interdiction, nous demandons de signaler les produits considérés comme perturbateurs endocriniens, dont l’E171, par la présence d’un logo pour les femmes enceintes, comme c’est déjà le cas sur les bouteilles d’alcool par exemple. 

Plus d’informations : EU E171 ban set for 2022: ‘The safety of our food is not negotiable’ (foodnavigator.com)