Skip to main content
whatshot Produits chimiques face Santé de l'enfant

Crèmes pour le corps et le visage de bébé: sous la loupe d’Oekotest

Crèmes pour le corps et le visage de bébé: sous la loupe d’Oekotest

La consommation de cosmétiques commence dès le plus jeune âge: les crèmes pour bébés font ainsi partie des produits utilisés à grande échelle. On sait que leur peau est plus fragile et plus perméable que celle des adultes, d’autre part, ils n’ont que très peu besoin de soins pour la peau, hormis par exemple parfois en cas de froid ou de peau trop sèche. Comme pour beaucoup de produits de consommation “moins c’est mieux” – une devise que Nesting applique souvent, autant sur ce site que lors des ateliers pour les parents. Le magazine allemand Oekotest a récemment testé 22 crèmes destinées à être appliquées sur le corps ou le visage des tout-petits: 16 ont obtenu une bonne note selon les critères du magazine, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Voyons de plus près ces résultats:

Huiles minérales dans les cosmétiques: que dit l’institut d’évaluation des risques (BfR) en Allemagne?

Parmi les ingrédients des cosmétiques, on trouve les huiles minérales; vous les reconnaissez sur l’étiquette sous le nom de Paraffinum liquidum,
Paraffin, Cera Microcristallina ou encore Petrolatum par exemple. Ces huiles minérales sont composées de mélanges complexes d’hydrocarbures. Ils sont de deux types: hydrocarbures saturés ou aromatiques. Les hydrocarbures aromatiques peuvent contenir des substances potentiellement cancérogènes, comme les composés aromatiques polycycliques. En mai 2015, le BfR – équivalent allemand de l’Anses, publiait un avis sur le sujet. Certaines huiles sont interdites par le règlement cosmétiques: seules sont autorisées celles dont le processus de raffinage est totalement connu et qui ne libèrent pas de substances cancérogènes. Jusqu’ici le BfR a beaucoup travaillé sur l’absorption des huiles minérales par voie alimentaire – elles sont présentes dans des emballages alimentaires. C’est la première fois qu’il travaille sur l’absorption cutanée et n’a pas de données représentatives – étonnant, au vu de l’utilisation de longue date de ces composés! Il en déduit que le risque d’absorption cutanée d’huiles minérales présentes dans les cosmétiques n’est pas vraisemblable. Pourtant, dans l’attente de données d’évaluation des risques sur les composés des huiles minérales, le BfR recommande de réduire au maximum selon les techniques disponibles la présence d’hydrocarbures aromatiques dans les cosmétiques. Une décision en accord avec le principe de précaution.

Oekotest note “Très bien” 16 sur 22 produits testés… malgré quelques mauvaises surprises

Oekotest a attribué la note de “très bien” (note maximale) à 16 produits sur 22 parmi les crèmes pour le corps et le visage de bébé. La mauvaise surprise du test vient d’un produit étiqueté “Naturkosmetik” avec le label DBIH qui est jugé “insatisfaisant” car il contient des traces de formaldéhyde (non pas en tant que tel, mais libéré par une autre substance. Le formaldéhyde est cancérogène et irritant pour la peau et mis en cause dans des allergies). 4 autres produits contiennent des huiles minérales en quantité assez importantes: sur un produit, petrolatum est indiqué en premier sur la liste des ingrédients – c’est donc le 1er ingrédient du produit en quantité. Un autre contient du propylparaben, interdit depuis peu dans les produits cosmétiques destinés au siège pour les moins de 3 ans: le produit est vendu comme pouvant être utilisé sur tout le corps, ce qui prête à confusion.

Un conseil: continuer à bien lire les étiquettes donc, en vous aidant des guides de poche cosmétiques Nesting, pour décrypter les ingrédients!

Sources: