Skip to main content
shopping_basket Produits du quotidien face Santé de l'enfant Santé-environnement

Cosmétiques: l’Ansm dit stop à l’utilisation de phénoxyéthanol sur le siège des moins de 3 ans

Cosmétiques: l’Ansm dit stop à l’utilisation de phénoxyéthanol sur le siège des moins de 3 ans Le phénoxyéthanol est un conservateur controversé, utilisé dans les cosmétiques, et mis en cause pour sa dangerosité potentielle. L'Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ) vient enfin de décider de renforcer l'étiquetage des cosmétiques par une contre-indication de son usage sur le siège de bébé. Dans un rapport de 2016, nous avions demandé son interdiction dans les cosmétiques bébés.

Phénoxyéthanol et cosmétiques: réglementation et risques pour la santé

  • Le phénoxyéthanol est un éther de glycol, utilisé comme conservateur dans les cosmétiques: crème, lotion, gel, shampoing, dentifrice, démaquillant, lingettes etc. destinés à l’adulte et à l’enfant. A l’heure actuelle, le réglement européen cosmétiques l’autorise à hauteur de 1% dans tous les cosmétiques;
  • Selon des évaluations scientifiques, le composé serait hématotoxique et hépatotoxique (toxique pour le foie). Les données sont insuffisantes pour évaluer le risque reprotoxique;
  • En 2012, l’ANSM recommandait déjà de ne plus utiliser de phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques pour bébés destinés au siège, et de limiter sa présence à 0,4% dans les cosmétiques pour les moins de 3 ans; Elle estime que le phénoxyéhtanol est suspecté d’être toxique pour la reproduction et pour le développement à fortes doses chez l’animal, et que la marge de sécurité du 1% autorisé est insuffisante pour cette population plus sensible;
  • En 2016, le Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (SCCS), rattaché à la Commission européenne, juge dans un avis que la concentration de 1% de phénoxyéthanol est sûre, y compris pour les enfants. Cet avis est rendu sur la base des informations disponibles.

Le contenu de la décision de l’Ansm

  • L’Ansm réitère donc sa mise en garde de 2012, près de 7 ans après, mais en allant plus loin: elle demande qu’une indication soit apposée sur l’étiquette des cosmétiques contenant du phénoxyéthanol – y compris les lingetttes – indiquant qu’ils ne doivent pas être utilisés sur les fesses de bébé. L’Agence reprend des arguments tels que la sensibilité particulière des fesses de bébé, à la peau souvent irritée ou lésée, et absorbe donc plus facilement les ingrédients. Il est intéressant de noter qu’elle couvre également les lingettes – y compris non destinées aux bébés – qui ne sont pas à proprement parler des cosmétiques, pour coller à la réalité de l’exposition puisque plus de 60% des utilisateurs de lingettes ( de tous types) déclarent les utiliser pour le siège de bébé.
  • L’Agence indique que tous les cosmétiques non rincés (sauf déodorants, produits de coiffage et maquillage) contenant du phénoxyéthanol devront obligatoirement porter une mention de mise en garde contre-indiquant l’usage sur les fessses de bébé. Elle donne 9 mois aux fabricants pour se mettre en conformité. Il s’agit d’une mesure conservatoire, dans l’attente d’une décision de la Commission européenne

WECF France se félicite de cette courageuse décision de l’Ansm, qui arrive tardivement mais doit être saluée: ne reste qu’à la Commission européenne à réagir, mais le temps de l’évaluation et de la décision ne laisse pas présager de réaction rapide.

Sources :

Point d’information, Ansm, 20 mars 2019

Mesure de police sanitaire, Ansm, 13 mars 2019

Avis sur le phénoxyéthanol, SCCS, mars 2016 (anglais)

Point d’information, Ansm, novembre 2012