Skip to main content
whatshot Produits chimiques shopping_basket Produits du quotidien Santé-environnement

Biocides et Covid-19 : bas les masques !

Biocides et Covid-19 : bas les masques !

Depuis plusieurs semaines, une polémique fait rage autour de certains masques en tissu distribués notamment à des enseignants. Ils contiennent de la zéolite de cuivre et d’argent, un biocide qui serait dangereux pour la santé et l’environnement. Le magazine Reporterre a lancé l’alerte, avec plusieurs articles sur le sujet (1) (2) Le 20 octobre, les autorités françaises ont demandé aux personnels ayant reçu les masques de ne plus les utiliser, par précaution.

De quels masques parle t-on?

  • Les masques dont il s’agit sont des masques dits “à usage non sanitaire” ou dits “masques alternatifs”. Ces en tissu masques sont nés avec la crise Covid-19. Ils sont classés en deux catégories dont une pour les “professionnels en contact avec le public”. Il sont différents des masques chirurgicaux, classés “dispositifs médicaux”, et des masques FFP, classés “équipement de protection individuelle”.
  • Ces masques doivent répondre à certaines exigences. Critères de filtration et respirabilité, étiquetage (logo précisant le nombre de lavages maximal, indication des performances de filtration) notamment.
  • L’emballage des masques est conforme, puisqu’il contient les informations demandées. En outre, pour les masques en tissu, la composition en fibres n’est pas obligatoire, mais de nombreux produits l’indiquent. Ici c’est “100% coton”. Les masques mentionnent “traité au zéolite d’argent et de cuivre et au zéolite d’argent”: c’est là que les problèmes commencent !

Biocides et masques : pas si simple !

Enquête sur les zéolites d’argent et de cuivre

  • La zéolite d’argent et de cuivre est une substance biocide aux propriétés antibactériennes. Pour qu’il soit possible de l’incorporer dans certains articles, il faut une autorisation de la substance zéolite d’argent et de cuivre” pour ce type d’usage précis. La réglementation européenne biocides utilise la terminologie “type de produit”. Qu’en est-il?
  • Examinons la liste des substances biocides autorisées dans l’UE. Pour cela, il faut se rendre sur le site internet de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA). La substance existe, mentionnée dans 5 types de produits/usages différents:
Extrait de la base de données de l’ECHA

Quels dangers représentent ces zéolites d’argent et de cuivre?

Dangers pour l’environnement et la santé humaine

  • La substance est toxique pour les organismes aquatiques. Sa présence dans des milieux aquatiques est donc problématique.
  • Par analogie avec la zéolite de zinc et d’argent, la substance serait toxique pour la reproduction, avec des effets néfastes sur l’enfant à naître.
  • Le caractère perturbateur endocrinien n’a pas été examiné.
  • En outre, la fiche de données de l’ECHA annonce que pour les “polymères textiles” il n’existe “pas de risque acceptable pour un usage de textiles traités au contact direct de la peau chez l’être humain”. En clair: ne pas mettre directement sur sa peau un textile traité.

Déjà interdites pour certains usages …

Produits de type 2 : non autorisé!

  • 2007 : une demande d’usage de zéolite d’argent et de cuivre est faite pour des produits de type 2, désinfectants à incorporer dans les textiles, tissus, masques avec l’objectif de produire des articles traités aux propriétés désinfectantes.
  • 2019 : plus de 10 ans plus tard, les autorités européennes se basant notamment sur le travail de la Suède, Etat chargé d’évaluer le dossier, concluent à la non autorisation de la substance dans ces produits, par manque d’efficacité : il n’y a pas d’action biocide. La demande concernait précisément des applications pour des murs et sols, ainsi que composants d’air conditionné. Le refus est aussi motivé par l’absence de données sur les risques de résistance antimicrobienne.
  • Or les masques sur la sellette actuellement ne sont pas présentés comme ayant des propriétés désinfectantes, on peut donc considérer qu’il ne s’agit pas de produits de type 2, comme le défend la marque. Ou joue t-elle sur le flou réglementaire, car pourquoi les traiter avec des zéolites si ce n’est pour leur donner des propriétés antibactériennes? Dans ce cas, il y a bien violation de la loi!

Produits de type 9 : en cours d’examen… donc autorisé!

L’exemple de ces masques illustre le flou existant sur les “articles traités” avec des produits biocides, et l’incapacité globale des autorités de s’assurer de conformité de ces produits avec la réglementation. La multiplication de ce type d’articles en lien avec la crise covid-19, et leur usage largement répandu, nécessite d’y consacrer davantage de ressources, y compris au niveau européen.

Elisabeth Ruffinengo, responsable plaidoyer Wecf France.