Skip to main content
face Santé de l'enfant Santé-environnement

Sur la trace des biocides II : asthme de l’enfant et piscines désinfectées au chlore

Sur la trace des biocides II : asthme de l’enfant et piscines désinfectées au chlore Dans notre série "Sur la trace des biocides", c'est cette fois le chlore qui fait l'objet de notre attention. En effet, la natation est un exercice physique recommandé, et bon pour la santé... pourtant la désinfection au chlore vient un peu gâcher le plaisir de patauger dans les piscines que peuvent avoir les tout-petits. C'est l'Agence fédérale de l'Environnement (UBA, Allemagne) a récemment émis un avis sur ce thème. Leur conclusion: les enfants de moins de deux ans souffrant d'allergies ne doivent pas aller à la piscine.


Les risques identifiés

Le chlore est utilisé pour désinfecter les piscines. Or, le chlore est un produit biocide, et ses dérivés peuvent parfois favoriser la survenue d’asthme chez les populations à risque: c’est le cas de la trichloramine, un produit dérivé du chlore, qui se forme au contact des composés organiques azotés introduits par les baigneurs, et est soupçonné de favoriser l’asthme. Les données restent cependant insuffisantes pour déterminer si cette exposition, en endommageant les poumons, déclenche effectivement de l’asthme chez les plus jeunes.

La situation en Allemagne

La présence de trichloramine est actuellement acceptée comme un “petit” mal pour un grand bien : en effet, la désinfection reste indispensable pour éviter la dispersion des maladies que pourraient porter chaque nageur… en Allemagne la valeur limite de trichloramine détectée dans l’air autour des piscines est de 18,8 mg/m3 d’air. 90% des piscines sont au-dessous de la limite de 0,34mg/m3 fixée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Des études antérieures avaient déjà examiné le lien entre chlore et asthme. En 2003, des auteurs belges avaient examiné la problématique asthme/chlore pour la première fois. Des recherches antérieures avaient repris leur hypothèse, en montrant une corrélation entre la date de la première baignade en piscine avant deux ans et la baisse d’une certaine protéine dans le sang – une protéine dont la baisse induit des dommages au niveau des bronches.

Les recommandations des autorités allemandes

La douche avant de plonger dans le grand bain de la piscine: un geste simple, qui n’est pourtant pas automatique. Et pourtant, une bonne douche contribue à réduire les effets néfastes de la trichloramine. En effet, en réduisant la quantité de composé organique azoté introduit dans l’eau par le corps humain (urine, sueur, cosmétiques notamment), la douche réduit la chance de formation de trichloramine et donc diminue d’autant le potentiel d’exposition. C’est la trichloramine qui est responsable de l’ “odeur de la piscine”, reconnaissable entre mille.

source: UBA, Babyschwimmen : Asthmagefahr durch Desinfektion mit Chlor? Janvier 2011