Skip to main content
casino Jouets whatshot Produits chimiques shopping_basket Produits du quotidien face Santé de l'enfant Santé-environnement

La semaine de RAPEX: phtalates interdits dans des poupées et cosmétiques mal étiquetés

La semaine de RAPEX: phtalates interdits dans des poupées et cosmétiques mal étiquetés

Que trouve t-on cette semaine sur la page du système RAPEX (Système d’Alerte Rapide de l’Union européenne sur les produits non alimentaires non conformes à la réglementation en vigueur)? Et bien, des phtalates interdits bien sûr, mais aussi des cosmétiques mal étiquetés.

Phtalates interdits dans des poupées

  • Pologne: une première poupée fabriquée en Chine (voir illustration)contient 28,7% de DEHP. Le DEHP, un assouplissant du plastique classé toxique pour la reproduction dans l’UE – fait partie des 3 phtalates, avec le DBP et le BBP totalement interdits dans tous les jouets.
  • Hongrie: une autre poupée, contaminée par 2 phtalates le DEHP (7,5%) et du DBP (0,12%).
  • République tchèque: toujours une poupée, qui contient cette fois 13,1% de DEHP.
  • D’autres jouets sont signalés, mais pour des cas de risques mécaniques (trop petites pièces, manque de solidité, etc.) tout aussi importants que les risques chimiques.

Methylisothiazolinone & co pas étiquetés dans des lingettes

En Suède cette fois, ce sont des lingettes nettoyantes qui sont épinglées: elles contiennent un mélange de méthylisothiazolinone (MI) et méthylchloroisothiazolinone (MCI), des ingrédients que vous retrouvez notamment dans la liste des indésirables des guides cosmétiques Nesting. Ce sont des agents sensibilisants qui peuvent causer allergies et réactions cutanées. Les lingettes en question ne sont pas indiquées sur la liste des ingrédients: c’est une violation du règlement cosmétiques, qui oblige un étiquetage des ingrédients (dans le ses décroissant de leur concentration) des produits cosmétiques.

Cosmétiques et jouets: 2 catégories de produits suivies de près par… le projet Nesting

Cosmétiques, jouets, textiles sont parmi les catégories de produits prioritairement ciblées par les contrôles, d’une part parce qu’ils sont en contact direct avec la peau mais aussi parce qu’ils sont destinés aux enfants, une catégorie de “consommateurs” plus vulnérable. En 2015, WECF travaillera notamment sur les cosmétiques et les jouets: deux catégories de produits au cœur de la question des perturbateurs endocriniens, visées spécifiquement par le 3ème Plan National Santé Environnement qui entre en vigueur cette année 2015.