Skip to main content
wc Climat et développement territorial

WECF à Bonn pour les négociations de la CCNUCC

WECF à Bonn pour les négociations de la CCNUCC Avancer sur les règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris en y intégrant systématiquement la dimension genre

 « Cette réunion va permettre aux gouvernements d’avancer clairement sur les règles pour mettre pleinement en oeuvre l’accord de Paris », déclarait Mme Patricia Espinosa, Secrétaire Générale de la Convention climat de l’ONU au lancement de l’intersession qui s’est déroulée du 8 au 18 mai à Bonn. Et Laurence Tubiana, ex-ambassadrice française pour les changements climatiques a complété : « Il s’agit d’ un dialogue absolument nécessaire pour préparer la COP23 ».

C’est bien dans cette optique que WECF était au rendez-vous, avec d’autres organisations de la société civile, membres de la Women and Gender Constituency, pour porter la voix des femmes dans les négociations.

Ces deux semaines de négociations étaient particulièrement importantes pour progresser dans l’élaboration du Plan d’Action Genre qui doit être adopté durant la COP23, afin de renforcer l’intégration du genre dans la mise en œuvre de l’accord de Paris, selon la décision de la COP22. Un atelier réparti sur 2 jours, les 10 et 11 mai, 2017 avec la participation de nombreux États Parties et de représentant-es de la société civile a permis, à travers cinq groupes de travail, de développer un ensemble de propositions riches et structurées, avec des objectifs quantifiables et mesurables dans le temps. Un rapport informel  de l’atelier, délivré par le secrétariat, fait état de ces éléments. Parmi les idées à retenir, l’objectif d’atteindre 50% de femmes dans toutes les délégations nationales ainsi que dans tous les organes de la CCNUCC d’ici à 2019, l’élaboration avec le GIEC d’un rapport spécial « genre et changements climatiques », ou encore le développement pour fin 2018 de lignes directrices permettant aux Etats de développer leur propre plan d’action genre national.

La deuxième semaine des négociations a été marquée par la création d’une plateforme dédiée aux communautés locales et peuples autochtones. La plateforme, dont les modalités ont été discutées dans les journées du 16 et 17 mai, permettra la valorisation et l’échange des connaissances et savoir-faire ancestraux dont ces populations sont détentrices, dans le but de développer des techniques d’atténuation et d’adaptation face aux changements climatiques. Les Etats parties et membres de la société civile (dont de nombreux représentant-e-s des peuples autochtones) ont discuté de l’opérationnalisation de la plateforme, mais également des droits des communautés locales (notamment du consentement libre, préalable et éclairé), et de la nécessité de renforcer leur représentation et participation dans les processus de décision.

Cette intersession a posé à nouveau la question de la place des acteurs non-étatiques dans les négociations, à travers un atelier organisé le 9 mai par le Secrétariat et le Président du SBI (http://unfccc.int/resource/docs/2017/sbi/eng/l10.pdf).

L’intervention de Mme Kalyani Raj, représentante de la Women and Gender Constituency, plaidait pour que les acteurs défendant l’intérêt général et les droits des femmes, des jeunes, des peuples autochtones des paysans ou encore des travailleurs, soient davantage entendus que ceux défendant des intérêts privés.
Une manifestation « Polluters out, people in » menée dans le centre de conférence, a dénoncé les conflits d’intérêts générés par la présence importante des représentants de l’industrie des énergies fossiles à la table des négociations, et malgré la censure du Secrétariat, elle a fait la une des journaux et des réseaux sociaux.
Le rapport  du Président du SBI exprime certes une volonté de mieux intégrer les « observateurs » à travers une meilleure prise en compte des positions soumises par les organisations de la société civile, ou encore l’organisation plus fréquente de dialogues ouverts aux observateurs.
Cependant la discussion sur ce sujet sensible ne reprendra qu’en Mai 2018.

Nous serons présentes !