Skip to main content
wc Climat et développement territorial

Une nouvelle étape pour les villageois d’An-Oston – Kirghizstan

Une nouvelle étape pour les villageois d’An-Oston – Kirghizstan Traitement des eaux usées

Lorsque que le projet d’accès à l’eau démarre en 2014, la population d’An-Oston, un village d’environ 1600 habitants, situé sur la rive Sud du lac Issyk-Kul, doit tous les jours aller chercher l’eau dans la rue. Depuis le mois de février 2016, tous les foyers du village reliés à l’ancien réseau de canalisations bénéficient du réseau rénové donnant l’accès à l’eau courante dans leurs maisons.

“L’eau n’est plus notre principale préoccupation à présent » rapporte un habitant.

Malgré quelques petits problèmes persistants, la majeure partie des habitants est reconnaissante et fait confiance au CDWWU (Comité Communal des Usagers de l’Eau Potable, incluant des femmes) pour assurer l’approvisionnement en eau mais aussi pour mettre en place de nouveaux projets dans le futur.

Organisé l’été dernier par KAWS (Kirghiz Alliance for Water) et WECF, un workshop a permis à des villageois d’envisager des solutions pour le traitement des eaux usées.

“Si vous consommez plus d’eau, vous produisez plus d’eaux usées qui doivent être traitées pour ne pas contaminer les sols et polluer l’environnement, et ainsi protéger votre famille et vos enfants.” explique dès le début du workshop, Claudia Wendland, experte pour WASH (Water Sanitation and Hygiene) à WECF, venue spécialement d’Allemagne.

La présentation de Claudia, donnant des informations globales sur ce que sont les eaux usées mais également l’importance de les traiter et des solutions pratiques, a donné lieu à de vives discussions tout au long de la journée. La visite de différentes maisons dans le village ayant déjà mis en place des systèmes d’assainissement a montré que de nombreux villageois avaient déjà installé des puits perdus dans leur jardin et étaient prêts à améliorer leurs installations.

Les fosses septiques individuelles sont apparues comme la meilleure solution pour An-Oston. A l’issue du workshop, les villageois ont confirmé qu’ils seraient capables de les mettre en place et que cela ne serait pas trop onéreux. Mais le but de cette rencontre était aussi de de donner la parole aux villageois afin qu’ils puissent partager leur propres expériences et solutions. ” J’ai construit un puit perdu dans mon jardin, je viens aujourd’hui pour en apprendre plus et partager mon expérience.” explique un participant

Cette journée a à nouveau montré combien le CDWUU et les villageois accompagnés par KAWS et WECF sont impliqués dans l’avenir de leur village et souhaitent le meilleur pour les prochaines générations.

“Aujourd’hui, nous attendions principalement des personnes plus âgées, mais je peux voir également que la jeune génération était présente. C’est important que les jeunes gens soient présents et puissent se rappeler le chemin que nous avons déjà parcouru ensemble.” conclu Gulai, la dirigeante du CDWUU.