Skip to main content
Climat Genre Projets de coopération décentralisée

Rencontres avec les partenaires marocains et sénégalais dans le cadre de nos projets internationaux

Rencontres avec les partenaires marocains et sénégalais dans le cadre de nos projets internationaux La fin de l’année ayant offert un moment de répit dans la crise de la Covid-19 et les restrictions de déplacement, notre équipe a saisi l’opportunité pour se rendre au Maroc puis au Sénégal afin de faire un point avec nos partenaires sur les avancées de nos projets soutenus par l’AFD : FAREDEIC et FEDIAAC.

Des coopératives d’énergie féminines en voie de création

Un programme chargé en début de semaine à Rabat, au Maroc, a permis d’aborder différents aspects du projet « Femmes Arganières et Rurales Engagées pour le Développement Economique Inclusif et le Climat », en termes de gestion interne du projet, mais également au regard de l’avancement des activités. Ainsi la création des deux coopératives d’énergie féminine est en bonne voie au Nord comme au Sud du pays, mais un accompagnement demeure nécessaire pour impulser un esprit entrepreneurial chez les jeunes femmes.

Cette visite a également été l’occasion de rencontrer Mr Hosni, Directeur Général de l’Office du Développement de la coopération (ODCO), et de réitérer la volonté réciproque de collaboration pour améliorer les conditions de travail et de vie des femmes des coopératives d’argan, agricoles et halieutiques dans la Région de l’Arganeraie.

Enfin, un réunion mi-présentielle, mi-à distance, a permis de présenter l’avancement du projet à une représentante de l’AFD du bureau de Rabat ainsi qu’à l’ADEME, également soutien financier du projet.

Une seconde partie de la semaine à Dakar, riche de rencontres et de visites

A Dakar, des rencontres officielles ont également eu lieu, avec Mme la Maire de Dakar, Soham El Wardini, ainsi que le Maire d’Hann Bel Air, une des quatre communes dans laquelle le projet « Femmes Engagées pour l’Autonomie Alimentaire de leurs Communes » est mis en œuvre, afin de souligner une nouvelle fois l’importance de l’engagement des autorités locales en faveur des femmes de la filière agricole et alimentaire.

Enfin, des rencontres avec l’équipe du projet, mais aussi les femmes bénéficiaires des formations à venir, restauratrices, transformatrices et maraichères, ont été organisées. Elles nous ont permis d’avoir de ce fait une vision concrète de leurs conditions de travail actuelles mais également de mieux comprendre leurs besoins.

Ainsi, malgré la crise sanitaire et les difficultés afférentes, que ce soient les périodes de confinement, les restrictions de déplacement ou l’impact sanitaire et économique important sur les populations, les projets en faveur d’une plus grande inclusion des femmes dans l’adaptation au changement climatique ont continué à être mis en œuvre, grâce à l’engagement sans faille de nos partenaires sur le terrain.