Skip to main content
wc Climat et développement territorial

Pourparlers sur le climat à Bonn : des progrès encore fragiles mais le Plan d’Action Genre avance !

Pourparlers sur le climat à Bonn : des progrès encore fragiles mais le Plan d’Action Genre avance !

WECF a pris part à la préparation des Négociations Climat à Bonn du 30 Avril au 10 Mai 2018, aux côtés de nombreux observateurs internationaux issus de la société civile. Le but de cette intersession était de faire avancer les règles d’application de Paris (le manuel opérationnel de l’Accord de Paris) avant la COP24 qui se déroulera en Décembre à Katowice, Pologne. Malheureusement, ces deux semaines n’ont permis qu’une faible progression de cet important document.

Pour plus d’informations, veuillez trouver le bilan de la WGC en anglais en cliquant ici

En effet, certains États hésitent encore à se montrer plus ambitieux dans leur engagement pour le Climat ou concernant les Contributions Nationales (NDC) et n’arrivent pas à se mettre d’accord quant à l’élaboration de règles transparentes et communes qui les obligeront à rendre des rapports sur leur action climatique effective et les financements alloués.

Financement climatique :

Le financement climatique est souvent le fondement de nombreux conflits : l’intersession de Mai n’a pas été épargnée. En effet, la question du financement est cruciale, tant pour aider les pays en développement à faire face aux impacts du changement climatique et à réduire les émissions de gaz à effets de serre, que pour aller vers une production d’énergie propre et des voies de développement respectueuses du climat. Toutefois, identifier précisément les besoins des pays en termes de technologie, de finance et de renforcement des capacités s’avère être une tâche difficile, comme nous avons pu le constater lors des discussions tenues au meeting du Comité de Paris sur le Renforcement des Capacités Paris (PCCB).

Plan d’Action Genre :

La bonne nouvelle pour WECF et la Women and Gender Constituency, observateur officiel de la Convention Climat, est que des progrès ont été réalisés concernant l’intégration de la dimension Genre dans le manuel opérationnel de l’Accord de Paris.

Grâce à l’adoption d’un Plan d’Action Genre sur trois ans lors de la COP23, les pays ont échangé leurs points de vue et expériences sur la manière de récolter des données ventilées par sexe et d’intégrer systématiquement la dimension Genre dans les politiques climatiques. Pour le Technology Framework (Processus encadrant le transfert de technologies) il s’agit, par exemple, de conduire les évaluations des besoins technologiques (TNA) aux niveaux régional ou national tout en considérant les inégalités hommes/femmes existantes.

L’engagement nécessaire des femmes locales

Un autre exemple positif est la discussion entamée au sein du Technical Expert Meeting on Adaptation (TEM-A) sur la manière de reproduire les plans d’adaptation qui se sont montrés concluants pour les communautés et les écosystèmes vulnérables dans le but d’augmenter la résilience climatique globale. Au cours des discussions, le rôle joué par les femmes et les populations autochtones dans la gestion des écosystèmes a été reconnu, tout comme la nécessité pour les femmes et les représentants de la communauté locale de faire partie des processus de décision, ainsi que le besoin de renforcer les capacités des femmes en matière de techniques d’adaptation et de mobilisation des ressources.

Le Technical Expert Meeting on Mitigation (TEM-M) a examiné différentes options politiques, innovations technologiques ainsi que les pratiques des économies circulaires les plus efficaces afin de réduire les émissions et générer de multiples bénéfices (sociaux, environnementaux, économiques).

 

Engagement/Mises en Lumière de WECF à la Conférence Climat de Mai 2018 à Bonn :

  • Sascha Gabizon a réalisé un entretien avec le Climate Action Studio afin de présenter les bonnes pratiques des acteurs non-étatiques incitant les États à aller plus loin et plus vite dans leur engagement. Entretien cliquez ici 
  •  Natsumi Yoshida est intervenue lors de la séance plénière d’ouverture au nom de la Women Gender Constituency (WGC) vidéo cliquez ici
  •  WECF et la WGC ont interpellé les négociateurs à travers ces actions : tout d’abord pour garantir la présence des huit piliers indissociables relatifs aux Droits de l’Homme dans « les règles d’application » de l’Accord de Paris, action qui fut coordonnée par Hanna Gunnarsson ; puis contre la loi dite COP24, votée par la Pologne, qui bafoue les droits civils fondamentaux de liberté d’expression et de liberté individuelle. Cliquez ici pour en savoir plus
  •  Une exposition de posters éducatifs sur les questions du genre et du changement climatique a également été présentée. Cliquez ici pour en savoir plus

 

* En 2010, la COP a créé le Méchanisme Technologique avec pour objectif d’accélérer et d’améliorer le développement et le transfert des technologies climatiques. Le Technology Framework (processus encadrant le transfert technologique) est composé de deux organes complémentaires qui travaillent ensemble : d’une part le Technology Executive Committee (TEC), c’est-à-dire l’organe politique, et le Climate Technology Centre and Network (CTCN) qui est l’organe opérationnel. Le Technology Framework a été créé par la suite, afin de fournir un cadre général pour le travail effectué par le Technology Mechanism, à savoir, promouvoir et faciliter le renforcement des actions en matière de transfert et de développement technologique, dans le but d’encourager la mise en œuvre de l’Accord. Sous la supervision du SBSTA (Subsidiary Body for Scientific and Technological Advice), les pays travaillent actuellement à l’élaboration d’un cadre plus détaillé.