Skip to main content
wc Climat et développement territorial

Participez avec WECF au Sommet Climate Chance, à Nantes du 26 au 28 septembre

Atelier animé par WECF - Intégrer le genre dans les politiques climat territoriales

WECF a le plaisir de vous inviter à l’atelier « Intégrer le genre dans les financements territoriaux des projets climat : comment renforcer la résilience des territoires, la place des femmes dans la gouvernance et les financements locaux, et la mise à l’échelle? » qui se tiendra le mercredi 28 septembre de 9:00 à 10:30

•   Evelyn Terundu Ugbe – Women Environmental Programme, Nigéria
•   Marie Dominique de Suremain, Directrice – ENDA Europe
•   Nelson Abrahan Gualinga, president du Gouvernement du Peuple Kichwa
•   Gotelind Alber, membre du réseau mondial Gender CC.
•   Nathalie Le Denmat, Secrétaire Exécutive, Com. finances locales – CGLU.

Climate Chance 2016 se tient à la Cité, le Centre des Congrès de Nantes –
5, rue de Valmy, 44041 Nantes

Ce sommet mobilise les acteurs non étatiques – villes et régions, entreprises, ONG, syndicats, paysans, jeunes et femmes pour le climat. Il s’inscrit dans la préparation de la Conférence mondiale pour le climat, la COP 22, qui se tiendra cette année en novembre à Marrakech.

A Nantes, WECF interviendra pour dénoncer le manque d’investissement dans les programmes d’adaptation, et plaider pour l’accès des organisations de femmes aux fonds climats.

Nous animerons aussi le mercredi 28 septembre de 9:00 à 10:30 h un atelier « Intégrer le genre dans les financements territoriaux de projets climats » qui portera sur la gouvernance locale et la place des femmes dans les politiques territoriales, afin que les indicateurs qui guident les décisions ne soient pas seulement liés au PIB, mais intègrent la valeur des contributions non rémunérées des femmes à leurs familles et communautés : les soins, gratuits, les activités et services qui permettent la résilience des territoires.

En effet, les femmes développent sur tous les continents des solutions qui permettent la survie des populations et la préservation de la biodiversité des écosystèmes.

Vous qui nous suivez régulièrement, savez qu’elles contribuent ainsi à mettre en place des stratégies d’adaptation et d’atténuation adaptées aux besoins de leurs communautés et territoires : elles installent des coopératives d’énergies renouvelables en Géorgie, construisent des fours efficients au Sénégal ou au Nigéria , luttent contre la déforestation en Malaisie, s’entraident et jouent un rôle d’alerte essentiel lors de crues meurtrières au Maroc, innovent en agriculture pour redonner de la fertilité aux sols…

Nous sommes fières de contribuer à notre mesure à ces initiatives en formant les populations rurales, en accompagnant le développement de coopératives paritaires d’énergie, de production agricole, en renforçant les capacités des femmes, en créant des alliances pour renforcer leur visibilité.

Hélas, les décideurs internationaux continuent à privilégier des réponses technologiques, des grands projets coûteux censés maintenir croissance et activité économique globales sans tenir compte du bien vivre sur les territoires.

C’est pourquoi il est indispensable de rendre visibles les initiatives locales, dont celles portées par les femmes, de faire reconnaître leur efficacité pour la transformation de nos modes de développement, de montrer que l’égalité entre les femmes et les hommes est un atout pour lutter contre le changement climatique et une condition de la justice climatique.
C’est ce que nous ferons à Nantes.