Skip to main content
wc Climat et développement territorial

Maroc COP 22 – Portrait de femmes en action

Femme et artiste jusqu’au bout des doigts

Dans les couloirs de la COP 22, il n’y a pas que des technocrates qui discutent avec d’autres technocrates, il n’y a pas que des entreprises qui ont flairé le bon filon marketing du climat, il n’y a pas que des militants de la cause environnementale, il y a aussi des artistes qui, chacun à sa façon, et en se servant de son art, entendent montrer qu’ils se sentent concernés par l’avenir de notre planète. Frédérique Nalptas est de celles-là.

Comme elle le dit « Je suis une artiste, pas nécessairement intéressée par la lumière, même si l’exercice de mon art me met forcément en lumière. Ce qui m’intéresse, c’est de défendre les femmes en lutte et une planète mieux respectée. Respecter la planète, c’est en fait se respecter soi-même. » Le changement climatique, c’est une injustice de plus vécue par les femmes. Même si la femme peut faire preuve de plus de résilience, leur plus grande exposition aux conséquences climatiques en fait les premières victimes
Mais quand elle parle de l’exercice de son art, elle devrait en parler au pluriel puisque Frédérique est à la fois pianiste et peintre et elle y tient beaucoup au point que lors de ses concerts il y a aussi des projections de ses œuvres picturales

Mais ne lui demander pas si ce sont ses œuvres picturales qui inspirent le choix de ses morceaux de concert ou l’inverse. C’est tantôt l’un tantôt l’autre mais ce sont toujours ses doigts qui l’inspire puisqu’elle n’utilise pas de pinceaux car elle pratique la technique du pastel sec qui se dessine directement avec les doigts.

A la question, quel futur souhaitez-vous pour vos enfants, elle répond «il nous faut  retrouver un peu de l’insouciance des années folles ou des années 60 mais en étant plus conscient. »

Article de Dominique Francis GUIZIEN – Eco/Bretons